×

Annonce

EU e-Privacy Directive

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.

View Privacy Policy

View e-Privacy Directive Documents

View GDPR Documents

You have declined cookies. This decision can be reversed.

Divers

Divers (12)

vendredi, 01 janvier 2021 14:58

2021 : année de la légèreté

Écrit par

Que dire ? Que se souhaiter en ce début d’année où, hier soir, le plus sensé aura été d’espérer tout simplement une : « Bonne nuit » ?

mercredi, 02 décembre 2020 19:26

Deus pontem fecit : le tombeau de mon père.

Écrit par

Papa,

 

Te voilà au seuil de l'inhumation, près à reposer à Coggia, toi qui viens des marches de Bretagne et plus précisément de Champgenêteux, petit village de Mayenne. Ces quelques mots publics, je veux les dire pour toi. Comme je veux partager cette photo, belle comme une icône et choisie parmi les dizaines que j'ai de toi, de moi, de nous.

lundi, 16 novembre 2020 17:29

Hold-up ou le complot du vautour

Écrit par

6'55'', c'est de temps que votre serviteur a tenu sur le « mockumentaire » du moment, Hold-up, qui agite beaucoup les réseaux sociaux, la presse, et, apparemment, le monde politique. Mon Facebook criait dans sa très grande majorité au « poison », à l' « étron » ou à la « daube ». Ayant goûté, je vote pour le vautour.

mercredi, 21 octobre 2020 23:59

ROULER

Écrit par

Rouler contre le vent quand le sort est mauvais
  Le public abruti te croit devenu laid
La course pliée, poum, le suspense hué
Rouler quand les amis commencent à vous huer
Le suspense tué faute de frappe
Mais rouler quand même.
..
Quand Fortune catin semble tourner sa meule
Pile sur vos orteils et quand papa sponsor au crépuscule gueule
« Oh ! Je me suis trompé ! Qu’il rende donc l’argent ! »
Rouler sans équipier, rouler sans matériel, rouler intelligent.
Mais rouler…
Jusqu’à faire fléchir la volonté des astres
Et cueillir un Giro à deux doigts du désastre.
Sur l’asphalte en fusion devenue mer de larmes
De chaque larme intime tirer une belle arme
Et de chaque sueur un torrent d’océan
Ne plus rouler…
Mais NAGER
Comme seul sait le faire
Le Requin de Messine aux chants venus de Corse
Où un phénix ardent prie qu’il lui vienne force.
Ne plus nager…
SURFER

vendredi, 02 octobre 2020 20:18

La colonne du requin

Écrit par

Quelques Plumes se déclare une nouvelle fois officiellement supporter parmi la foule ardente des supporters de Vincenzo Nibali. Ensemble, nous le porterons vers une troisième victoire au Giro à l'occasion du Tour d'Italie 2020. EVVIVA LO SQUALO !!! EVVIVA NIBALI !!! FORZA !!!!!!!! Un poème en forme d'hommage pour lui donner des ailes de phénix et lui crier notre amour, publiquement !

mercredi, 18 mars 2020 10:09

Le défi "Bons plans" #InCasa

Écrit par

Une page d'annuaire. Comme un plan. Sur mon Facebook, depuis quelques jours, fleurissent de belles intiatives en ces temps de confinement : centaines de films gratuits, musées virtuels ouverts, opéras gratuits, sans compter les traditionnelles bibliothèques virtuelles, merveilles et autres pépites du net. En cette fête ajaccienne de la Miséricorde, je me lance dans une tentative de synthèse, à la Yahoo! ou Nomade de grand-papa, mais à ma sauce. Aidez-moi à faire une belle page, utile, citoyenne, pour servir les millions de francophones qui sont lâchés sur le net comme dans une pâtisserie gratuite, sans avoir forcément les compétences en pâtisserie virtuelle ou un pâtissier pour les guider.

mardi, 31 décembre 2019 17:47

La Mort de garde

Écrit par

C'est l'une des plus belles images qui traînent sur mon disque dur, enregistrée à la volée à partir de Facebook sans noter la source, évidemment, au temps pour moi. Il me semble qu'elle provenait qu'une association de pompiers, mais je ne sais hélas plus laquelle et je ne peux pas rendre hommage à ce magnifique et salutaire travail autrement que par cette petite fiction. Si quelqu'un connaît la source, merci de l'indiquer en commentaire ou par courriel. Bon réveillon à tous et n'oubliez pas, l'alcool, comme la Mort, sont à consommer avec modération...

Bénie soit Noëlle Casabianca, qui a su retrouver, sans doute au fond de vieux tiroirs, une telle photo de mon adolescence. Elle en est l'auteur : admirez donc le coup d’œil et la composition. Quand exactement a-t-elle été prise ? Je ne le sais pas, mais elle éveille en moi tant d'émotions que je ne peux pas, aujourd'hui, ne pas vous en faire part. La scène a manifestement lieu un lundi de Pâques à Cargèse, sommet de l'année liturgique pour les Cargésiens, chantant leur « Christos Anesti !!! » : le Christ est ressuscité des morts et par la mort, il a vaincu la mort. L'exaltation du village est à son comble.   

(En hommage à High'Rider, qui s'étonne avec humour sur Facebook, que je monte sur mes grands cheveaux pour un simple agneau à cagoule)

Vieux réflexe rôliste, HIghl'Rider, quasi conditionné : quand on voit arriver les goules... (les vrais savent...) ^^

Quand à la cagoule, elle doit, pour être orthodoxe, être tricotée main, par une grand-mère corse, au fond d'une vallée perdue où l'hypermarché ne règne pas, mais seulement la beauté de la brume et des sources. Pour être comique, elle doit se conformer au mode d'emploi de Pétillon ou Pido. Cf. L'Enquête corse, le film, qui a des défauts, mais pas le moment où Pido arrive avec sa cagoule... Hum... Spéciale... Trêve de gag, c'est vraiment compliqué, la Corse. Causons, sous le chêne.

lundi, 19 novembre 2018 13:26

Le bonnet d'âne était en jaune.

Écrit par

Il y a d'abord la tristesse, bien-sûr. Le silence et le recueillement. Le sentiment de gâchis. Le temps de décence. Et je n'ai pas voulu publier tout de suite ici.

Mais ensuite, mais quand même, quelques questions, et une révolte, née d'un voyage en absurdie. Chez Jarry, ça m'aurait fait rire. Quoique. Je n'aime pas beaucoup Jarry. Je lui en veux d'exister et de révéler ce que parfois nous sommes. Aux Guignols de l'info, pour ceux qui les ont connus du temps de leur splendeur, oui, davantage. Je repense à la boîte à coucou de Johnny. La marionnette de Johnny faisait : « Ah que coucou ! » et la boîte répondait : « Coucou ! » Ça a fait rire la France pendant des années. Évidemment, je suis aussi compétent en finances publiques que la marionnette de Johnny, mais, plus ça va, plus j'ai l'impression désagréable que les finances publiques, c'est une boîte à coucou à la fois très simple et très compliquée. Très compliquée, parce qu'il faut passer des concours très difficiles, très longs, être très intelligent, gagner les élections, etc, pour la manipuler. Très simple, parce qu'à la fin, quand on a bien appuyé sur tous les boutons de la super calculette, on obtient toujours à peu près le même résultat : le fantôme de De Funès dans « La folie des grandeurs » s'échappe de la calculette tel le génie d'Aladin, mais, au lieu d'exaucer les vœux, proclame, comme d'habitude, grimaces inimitables comprises : « Les riches, c'est fait pour être très riches et les pauvres, très pauvres. » avant d'ajouter, éventuellement, « Les riches ne vont jamais en prison, ne passent pas par la case départ, mais reçoivent de nouveau 20 000 francs. » Quoiqu'à la fin, on se demande si ce n'est pas ça, les vœux. Et le comique de répétition lasse.