×

Annonce

EU e-Privacy Directive

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.

View Privacy Policy

View e-Privacy Directive Documents

View GDPR Documents

You have declined cookies. This decision can be reversed.

Livres

Livres (22)

Exclusif ! Des hackers de la C.I.A. (la Corsican Intelligence Agency, piombu) ont réussi pendant quelques instants à pénétrer les serveurs pourtant sauvagement bien gardés, sous protection informatiques ET magiques, de la B.R.F. (Brigade de Répression Féerique). Les pires craintes semblent se confirmer au vu de la fiche L qui venait tout juste de commencer à fuiter. On murmure qu'une enquête est en cours, d'un côté, pour trouver comment ces serveurs légendaires ont pu être hackés, et, de l'autre côté, pour remonter la piste de la délinquante littéraire dite « Virginie Lloyd » alias « G2L ». Dans le monde des super-héros, BHL n'intéressant sérieusement que les marchands de tartes (utiles dans un cirque !), nous enchaînons directement avec les éléments désormais publics de la fiche L concernée.

Il était une fois, dans une mare lointaine, un peuple de grenouilles-caméléons. Cette race étrange et peu connue des zoologues disposait du pouvoir extraordinaire de changer de couleur au gré des mouvements de son âme. Tout alla relativement bien pendant un temps assez long : les grenouilles gobaient des mouches, chantaient, se reproduisaient... quand, petit un petit, un incendie éclata qui menaçait d'évaporer toute la mare. Laissez-moi vous conter cette histoire étrange depuis la Corse, où l'on sait encore parler aux grenouilles.

[Note de Philippe : Le pardon... Un sujet qui nous intéresse tous. Qui peut se vanter d'être si irréprochable qu'il n'en aura jamais besoin ? Mais aussi, qui peut se vanter que pardonner lui est facile ? Quelques Plumes accueille aujourd'hui avec une grande joie un beau texte du Père Jean-Pierre Bonnafoux, oblat de Marie Immaculée (omi), c'est-à-dire tout donné, tout offert à Marie, à qui j'ai déjà pu dire ici ma tendresse de croyant. Déclinant trois angles de réfléxion : la psychanalyse, le catholicisme, et le pardon en terre de Corse, plus souvent qu'à son tour ensanglantée par la Vendetta, le Père Bonnafoux, depuis la Corse, nous offre son regard précieux..]

C'est un fait : Laurine Roux a le chic pour prendre l'air du temps à contre-pied. Son premier roman, Une immense sensation de calme, était sorti en pleine excitation de tout un pays autour des Gilets Jaunes. La revoici avec Le Sanctuaire (Les éditions du Sonneur), fable anhélée et faussement bucolique sur la catastrophe, les oiseaux, un mystérieux virus et ce qu'il peut advenir d'une cellule familiale coupée du monde quand l'espace artificiellement clôturé ne peut enfermer ni la liberté de l'adolescence, qui pointe, ni celle, cruelle, du temps qui passe.

dimanche, 06 septembre 2020 19:48

Minutes du procès Houellebecq

Écrit par

« Et la religion la plus con, c'est quand même l'islam.» Nous sommes en 2001, Michel Houellebecq, déjà porté par la critique, les ventes et les traductions, publie son roman Plateforme. Lors d'une interview pour le magazine Lire, il lâche, entre autres, ce jugement dont le moins qu'on puisse dire est qu'il n'était pas frappé du sceau de l'urbanité. Quasi immédiatement surviennent les attentats du 11 septembre qui donnent à ses propos une caisse de résonance énorme. La suite sera judiciaire. Un procès s'ouvrit, en 2002. Houellebecq était-il coupable d'"injure envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à l'islam" et de "complicité d'incitation à la haine raciale" ? Jeune journaliste à Lire, j'assistai au procès en prenant frénétiquement des notes, mais aussi en essayant de saisir ce qui ressemblait à une pièce de théâtre improvisée, d'une importance capitale : justice, religion, littérature, édition, presse, éloquence, pathétique, comique, inattendu, et j'en passe, le procès me semblait alors, et me semble encore, avoir été un nœud historique.

samedi, 29 août 2020 11:27

Plaider coupable

Écrit par

Voici donc un semblant de pressbook. Tenté naguère par des auto-da-fés un rien inquisiteurs de mes propres publications, notamment sur Facebook et Twitter, je suis bien plus serein aujourd'hui. Un crash de disque dur dû à la mauvaise qualité du réseau électrique ajaccien, à l'absence d'onduleur et de sauvegarde sur disque dur externe m'a fait perdre il y a quelques années une large partie de mon pressbook, sans qu'il soit désormais possible de le reconstituer totalement. Je pleure des vidéos perdues d'avant Youtube, au temps du bas débit, ainsi, par exemple, que des centaines de chroniques de sites pour Auteurs.net (qui semble avoir été repris), des interviews de maîtres de la BD (Pétillon et Yslaire, dont il me reste une copie privée, mais aussi Sfar, Blain, Dupuy & Berberian...) Des romanciers sont encore présents mais non crédités... et j'en oublie sûrement certains que ma mémoire défaillante empêche à mon détective privé du soir, Jack Palmer, de retrouver la trace.  Ah, Pétillon... ma toute première interview, mort de tract, avec un auteur plus que charmant (ils le sont presque tous quand on se donne la peine de faire briller leurs yeux à force de travail). Avant que Palmer ne me menotte, je plaide coupable de l'ensemble, pour le meilleur et pour le pire, et vous en livre un catalogue. A vous de m'indiquer les sentiers de Gollum sur lesquels vous souhaiteriez que je revienne, des années après, ou les erreurs de jeunesse, qu'il ne tient qu'à vous de corriger avec une bienveillante sévérité. Au total, retrouver autant de traces après un crash total.... c'est quand même beau, Internet, non ?

C'est un fait : quelquesplumes.info ne bouge pas beaucoup. Et si je faisais ici, et en matière de philosophie éditoriale en général, le strict contraire de ce qu'il conviendrait de faire ? Hypothèses et explications, en attendant vos réactions ;-)

Certains d'entre vous le savent peut-être déjà : ce soir, toutes les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, à 19h30, pour célébrer l'Annonciation et appeler à l'union par la pensée et la prière des croyants et des non-croyants. L'événement est historique. L'occasion pour moi de partager, de manière très modeste, ce que je comprends de ce Mystère au fond indécent, violent et tendre : le véritable sommet de l'année catholique à mes yeux.

C'était pour moi une très (trop) vieille promesse et l'anniversaire de Laurent Galandon, aujourd'hui, est une excellente occasion pour la tenir : republier au moins une plume de l'ancienne version de ce blog... qui n'avait pas que des défauts. Lorsque les librairies seront de nouveau disponibles, précipitez-vous (ma recommandation n'a pas changé) sur l'oeuvre d'Anlor et de Laurent Galandon... ainsi que, dès sa parution, sur le nouveau Virginie Lloyd, lui aussi sur les bagnes d'enfants, qui s'annonce très prometteur au vu de ce qu'elle en a laissé pour l'instant fuité. Promesse tenue. Joyeux anniversaire, Laurent !

Demander à une personne de citer des batailles terrestres de la période napoléonienne revient à avoir régulièrement des Waterloo et autres Austerlitz. Ces batailles sont les plus célèbres de la période impériale – avec raison. Triomphe dans un cas, ultime défaite dans l’autre. Presque dix ans séparent ces batailles épiques. Je vous propose ici de jouer au jeu des 7 différences…

Page 1 sur 2